Kie lumo ekzistas ankaŭ ombro troviĝas. L.L. Zamenhof
adresse courriel MoKo calligramme animé MoKo
Ici le Livre d'OR de ce site.

MoKo écrit aussi. Vous pouvez télécharger ici ses écrits pour votre liseuse. Et si vous voulez vous initier à l'argot : « La Méthode à MiMile »

731 - Les oiseaux [Capo 3°] (Adaptations) 1er sept. 2019

✍ Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859) ♫ MoKo

Poésies posthumes
Illustr. : Constant Joseph Desbordes, Portrait de Marcelline Desbordes-Valmore
Douai, musée de la Chartreuse.

[Am]Caravane aux voix enflam[F]mées,
légers navigateurs du [E]vent,
[Am]petites âmes emplu[F]mées,
qu‘une fleur héberge sou[E]vent ;

Refrain
[Am]peuple d‘en haut, joyeux mys[Dm]tère,
[F]donnez votre exemple à la [E]terre,
[Am]vous qui suivez la même [Dm]loi,
[F]vous qui chantez le même [E]roi !

[Am]Sous l‘arceau de la vieille é[F]glise
ou dans l‘arbre en fleur du che[E]min,
[Am]le cœur au nid, l‘aile à la [F]brise,
harmonistes du genre hu[E]main ;

Au refrain

[Am]Quand vos délirantes rou[F]lades
font sourire un morne empe[E]reur,
[Am]vous versez les mêmes au[F]bades
dans l’oreille du labou[E]reur.

Au refrain

[Am]Exempts de nos durs ana[F]thèmes,
vous vous épousez dans les_[E]airs,
[Am]et multipliant vos bap[F]têmes
vous peuplez gaiement l‘uni[E]vers.

Au refrain

[Am]Sans clefs, sans portes, sans fer[F]railles,
sans rideaux pour y voir plus [E]clair,
[Am]vos loyers pendent aux mu[F]railles
que l‘homme fait payer si [E]cher.

Au refrain

[Am]Jamais un triste plan de [F]guerre
n‘a rassemblé votre con[E]seil,
[Am]et vous ne vous attroupez [F]guère
que pour salu-er le so[E]leil.

Au refrain

[Am]Levés avec l‘aube le[F]vée,
montant vers Dieu dans sa lu[E]eur,
[Am]au voisin de votre cou[F]vée
vous n‘allez pas chanter mal[E]heur.

Refrain
[Am]Peuple d‘en haut, joyeux mys[Dm]tère,
[F]donnez votre exemple à la [E]terre,
[Am]vous qui suivez la même [Dm]loi,
[F]vous qui chantez le même [E]roi !

[Am]Dans vos luttes d‘amour sans [F]larmes,
musici-ens toujours d‘ac[E]cord,
[Am]vous rendez seulement les_[F]armes
à qui chantera le plus [E]fort !

Au refrain

[Am]Si vos nids dans nos pay[F]sages
sont menacés par les cha[E]sseurs,
[Am]vous allez loger aux nu[F]ages,
plus libres que vos oppr[E]esseurs !

Au refrain

[Am]D‘une divine sépul[F]ture
honorant vos frêles dé[E]bris,
[Am]orchestre ailé de la na[F]ture,
les cieux vous servent-ils d‘a[E]bris ?

Au refrain

[Am]Car jamais on a vu la [F]trace
de vos corps tombés dans les [E]bois,
[Am]où vous ne laissez que la [F]grâce
d‘un écho rempli de vos [E]voix.

Au refrain

[Am]Ah ! Je sens que je fus co[F]lombe,
en voyant vos ailes s‘ou[E]vrir ;
[Am]et pour vous suivre par la [F]tombe,
j‘ai déjà moins peur de mou[E]rir.

Au refrain