Kie lumo ekzistas ankaŭ ombro troviĝas. L.L. Zamenhof
adresse courriel MoKo calligramme animé MoKo
Ici le Livre d'OR de ce site.

MoKo écrit aussi. Vous pouvez télécharger ici ses écrits pour votre liseuse. Et si vous voulez vous initier à l'argot : « La Méthode à MiMile »

378 - Charité (Humour) 16 juillet 2016

Copyleft MoKo

(Blague lue sur FaceBook)

[D]Elle rentre chez [A]elle [A7]bien plus tôt que pré[D]vu
et surprend son ma[A]ri nu avec une jeune [D]femme !
[G]Choquée, furieuse, elle [D]crie : [A]«Porc ! Comment oses-[D]tu
[G]moi qui te suis fi[D]dèle ? [A]Quelle conduite in[D]fâme !
[D G D A A7 D]

[D]Puisque tu m'as tra[A]hie, [A7]j'exige le di[D]vorce !»
Calme, son mari ré[A]pond alors tout simple[D]ment :
[G]«Une seconde mon a[D]mour, [A]et j't'explique cette en[D]torse.»
[G]Curieuse de la [D]suite, [A]elle réplique sèche[D]ment :
[G]«J'écoute, mais ce se[D]ront, [A]pour moi, tes derniers [D]mots.»
[D G D A A7 D]

[D]Et le mari vo[A]lage [A7]lui conte son his[D]toire :
«J'allais à ma voi[A]ture, en sortant du bou[D]lot,
[G]rentrant à la mai[D]son, [A]quand, tu n'vas pas me [D]croire,
[G]cette jeune femme en gue[D]nilles, [A]me prie de la dépo[D]ser.
[D]Je remarque qu'elle [A]est [A7]d'une maigreur inquié[D]tante.
Vu son air dému[A]ni, j'lui propose de mon[D]ter.
[G]Qu'elle est sale, mal vê[D]tue, [A]de plus malodo[D]rante !
[D G D A A7 D]

[D]Elle m’avoue d'puis 4 [A]jours [A7]ne pas s’être la[D]vée !
Pour lui venir en [A]aide j'l'emmène à la mai[D]son.
[G]Je lui réchauffe ces [D]pâtes, [A]cuites hier “al den[D]te”,
[G]tu sais bien, celles-là [D]mêmes [A]que, sans autre rai[D]son
[G]que de craindr' de prendr' du [D]poids [A]tu avais refu[D]sées.
[G]Affamée, elle n'en [D]fit, [A]quant à elle, qu'une bou[D]chée.
[D G D A A7 D]

[D]Je lui propose, en[A]suite, [A7]qu'elle s'aille dou[D]cher,
tandis que j'en pro[A]fite pour ses haillons brû[D]ler.
[G]N'pouvant la laisser [D]nue, [A]je lui donne ton panta[D]lon.
[G]Celui que tu as ache[D][A]il y a quelques an[D]nées
[G]mais que tu ne mets [D]plus, [A]pour un prétexte bi[D]don.
[D G D A A7 D]

[D]Je lui r'mets dere[A]chef [A7]ces sous-vêtements o[D]sés
que je t'avais o[A]fferts pour ton anniver[D]saire.
[G]Vu qu'jamais tu n't'en [D]sers, [A]je lui donne au[D]ssi
[G]ce chemisier se[D]xy, [A]cadeau de ma sœur si [D]chère,
[G]resté dans son pa[D]quet. [A]Elle m'en fit grand mer[D]ci.
[D G D A A7 D]

[D]Je lui fait don en[A]core, [A7]avant qu'elle ne s'en [D]aille
de ces bottes ache[A]tées à un prix qui m'cha[D]vire
[G]mais que tu ne portes [D]guère [A]car une fille au tra[D]vail
[G]a les mêmes et, dis-[D]tu, [A]elle lui vont à ra[D]vir.»
[D G D A A7 D]

[D]Le mari conti[A]nue : [A7]«Pleine de reconnai[D]ssance
tandis que vers notre [A]porte je lui montre le pa[D]ssage,
[G]elle m'demande tout de [D]go : [A]“Aurais-tu connai[D]ssance
[G]d'autre chose dont ta [D]femme [A]n'ait plus vraiment l'u[D]sage ?”»
[G]«Elle m'demande tout de [D]go : [A]“Aurais-tu connai[D]ssance
[G]d'autre chose dont ta [D]femme [A]n'ait plus vraiment l'u[D]sage ?”»
[D G D A A7 D]